"C'est arrivé"


 Rencontre ratée 
(0 commentaires)

 Brigitte Bardot 
(0 commentaires)

 Au ciné 
(0 commentaires)

 A l'arrêt de bus 
(0 commentaires)

 A l'hôpital 
(0 commentaires)


Photos


 Majorette
 Sortez couverts
 So sexy
 Avec des pièces
 Chat perché

actu sur tropbontropcon.fr


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones
 Toutes les actus ...

Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Chien de garde
  Changez de literie
  Doodle : Il y a 91 ans naissait Coccinelle
  Doodle : Il y a 90 ans naissait Quino
  Doodle : Fête nationale du 14 juillet 2022

Trop embarrassant

Il y a 333 histoires, Les 10 meilleures notes:

  bizutage suite  [Ecole/College] (27153 points)
  Bizutage histoire vraie  [Ecole/College] (1906 points)
  Humilié devant les filles  [Famille] (1762 points)
  middle school story part 2  [Ecole/College] (1215 points)
  Les punitions dans mon école  [Ecole/College] (1137 points)
  Coincé  [Ecole/College] (993 points)
  La partie de basket  [Ecole/College] (966 points)
  Mise à l'air en forêt  [Ecole/College] (836 points)
  Nue devant la maison  [Divers] (781 points)
  Aventure au foyer des étudiants  [Ecole/College] (588 points)

Contribuez !!!

Liens


 Rencontres gratuites
 Mes albums photo
 Référencement Google
 Dictionnaire en ligne


Document sans titre
Etudiant désargenté
par Hitcher le, 18/07/2022

C’est une histoire qui m’est arrivée quand j’avais 22 ans, alors que j’étais en stage dans une université américaine. C’était le début du week-end et j’avais décidé de partir en stop pour explorer la région. Je ne portais en tout pour tout qu’un tee-shirt, un short et une paire de baskets...

Au bout d’une heure d’attente, une voiture s’arrête à ma hauteur, avec deux mecs à bord. Le chauffeur propose à son copain de passer sur la banquette arrière et me fait asseoir à sa droite. Nous commençons à discuter et l’un d’eux me dit : «C’est sans doute pas facile, la vie d’étudiant, tu dois avoir des besoins d’argent». Je réponds oui, évidemment, sans me douter de ce qui m’attend.

Les deux mecs m’expliquent alors qu’ils ont quelques gros billets sur eux et me proposent de leur vendre mon tee-shirt.

«Vendre mon tee-shirt? Mais j’y tiens, c’est le tee-shirt de l’université»...

«Je t’en offre cent euros, mais à condition que tu l’enlèves maintenant et que tu nous le passe pour qu'on puisse l’examiner de plus près».

Je m’exécute et je passe le tee-shirt au mec qui se trouve sur la banquette arrière, mais à ma grande surprise, après l’avoir examiné, il le jette par la fenêtre de la voiture alors que celle-ci est arrêtée à un feu rouge.

La voiture redémarre et le chauffeur me relance aussitôt : «Tes baskets me plaisent bien aussi».

Je me laisse bêtement prendre au jeu et je lui réponds du tac au tac : «Si tu veux, je te les file aussi pour cent euros, elles sont presque neuves».

«OK pour cent euros, mais à condition que tu les jettes par la fenêtre au prochain feu rouge»...

Me voici torse nu et en chaussettes, partagé entre excitation et inquiétude, à la merci de ces deux inconnus apparemment bourrés de fric. Au bout de quelques kilomètres, ils me demandent d’ôter mes chaussettes et de les jeter également par la fenêtre. Je m’exécute sans sourciller, tandis que la voiture quitte le centre-ville et traverse une banlieue résidentielle.

Le chauffeur me demande alors si j’aimerais gagner quelques dollars de plus.

«Pourquoi pas, mais je n’ai plus grand-chose à vous vendre»...

«Fais preuve d’imagination et je te file cent dollars de plus»...

Après quelques secondes d’hésitation, je fais glisser mon short le long de mes jambes, laissant apparaître un slip rouge qui dissimule mal un début d’érection...

«Il te plaît, mon short? Si tu veux, il est à toi pour cent euros».

«Ce n’est pas trop mon style ni celui de mon pote, mais les cent dollars sont à toi si tu le jettes par la fenêtre»...

Nous roulons maintenant en pleine campagne. Désormais vêtu de mon seul slip, je commence à pressentir la suite des événements lorsque le chauffeur me dit : «Si tu veux, je te donne cent euros de plus si tu enlèves ton slip sans discuter et si tu le jettes par la fenêtre»...

Un quart d’heure plus tard, la voiture s’arrête à quelques dizaines de mètres d’une maison isolée. Le chauffeur me demande de descendre : «Tu vas aller jusqu’ à cette maison, c’est un de nos potes qui y habite. Tu n’auras qu’à lui dire que tu viens de notre part, c’est lui qui te donnera le fric. Bonne chance et bon week-end!»

Je n’ai guère le choix : je descends de la voiture, nu comme un ver, et je me dirige vers la maison pendant que la voiture s’éloigne...

 

Voter pour cette histoire :

| Contact | © 2004-2019-2021 tropbontropcon - CNIL : 1071593 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? | Page générée en 0.16 secondes.